Programme de résilience du système alimentaire en Afrique de l’Ouest : La première réunion de synthèse des missions d’appui pour l’année 2024 ouverte à Lomé

La première réunion de synthèse des missions d’appui pour l’année 2024 du Programme de résilience du système alimentaire en Afrique de l’Ouest (PRSA/FSRP) a été ouverte ce 15 mai 2024, à Lomé.

Cette rencontre qui rassemble les représentants des acteurs et partenaires de mise en œuvre dudit programme a pour objectif  de tirer les leçons apprises des missions d’appui, de consolider la coordination des activités régionales et nationales, de promouvoir l’apprentissage croisé, la création de synergies entre toutes les parties prenantes du FSRP et d’identifier les progrès accomplis ainsi que les défis rencontrés dans la mise en œuvre du FSRP.

Le FSRP est un programme régional visant à renforcer la résilience du système alimentaire en Afrique de l’Ouest face aux défis multiples tels que le changement climatique, les crises alimentaires et les fluctuations des marchés agricoles.

Tout au long de la mise en œuvre du Programme, la Banque mondiale conduit des missions d’appui à sa mise en œuvre (ISM) deux fois par an dans tous les pays et au niveau des institutions régionales (CILSS, CORAF et CEDEAO).

Toutes ces missions d’appui font l’objet d’Aide-mémoire par pays et par institution régionale, dont les conclusions, enseignements et recommandations sont partagés lors d’une réunion régionale de synthèse.

C’est dans ce cadre que se tient du 15 au 17 mai 2024, à Lomé, la première réunion de synthèse de ces missions d’appui pour l’année 2024.

Cette première réunion de synthèse des missions d’appui pour l’année 2024 constitue une plateforme importante pour promouvoir le partage des connaissances, renforcer la coordination entre les acteurs et définir les orientations stratégiques pour l’avenir du programme surtout que les premiers pays (le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Togo) sont à mi-parcours de mise en œuvre de leurs activités.

Pendant trois jours les travaux vont se focaliser sur les sessions parallèles entre les pays et les organisations régionales (sur les sujets spécifiques relatifs aux services numériques, à la gestion intégrée des paysages, au renforcement du commerce régional et des marchés agricoles, à l’observatoire de la CEDEAO sur le riz…) ; les sessions en plénière (pour passer en revue les défis communs et proposer des solutions pouvant contribuer à la réussite de la mise en œuvre du FSRP).

Une des innovations au cours de cette rencontre régionale est l’exposition des produits et technologies agricoles mises en place par les acteurs ou bénéficiaires du programme au Togo. Une dizaine de producteurs venant des principales zones de productions agricoles du Togo partageront leurs produits générés avec l’appui du FSRP.

En ouvrant les travaux, le représentant du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement Rural, le directeur de cabinet, Dindiogue Konlani, a indiqué qu’après deux années de mise en œuvre, les résultats enregistrés par le FSRP-Togo sont encourageants.

En effet, a fait savoir le directeur de cabinet, au Togo comme dans les autres pays, le programme a permis de de faire face aux répercussions du conflit russo-ukrainien par l’acquisition d’importantes quantités d’engrais pour soutenir la production agricole.

« Dans le domaine du développement des services de conseil numérique pour la prévention et la gestion des crises agricoles et alimentaires, 80 715 bulletins d’informations agrométéorologique, climatologique et d’alerte multirisques, ont été produits et diffusés au profit de 122 252 personnes dont 49 229 femmes. Des cadres des structures de production et de diffusion des données agro hydrométéorologiques sont en cours de formation au centre AGRHYMET à Niamey. Pour la mise en œuvre de l’engagement public-privé, une convention est signée avec l’IFDC pour la mise en place d’un système digital d’information hydroagricole à travers les services de messagerie. Il faut rappeler également la réalisation et la diffusion des prévisions saisonnières des pluies. Dans le cadre du renforcement des systèmes régionaux et nationaux de recherche et vulgarisation, apres la validation des plans stratégiques de divers centres de spécialisation, des actions sont programmées pour leur mise en œuvre. Le Togo qui abrite le Centre national de spécialisation (CNS) sur les bio agresseurs n’est pas en marge où il est en cours la réalisation du  recrutement pour l’étude architecturale en vue de l’élaboration du Dossier d’appel d’offre pour la construction du siège du Centre national de spécialisation des bio agresseurs.  Un appel à soumission de sous projet de recherche et de vulgarisation actuellement en cours permettra de financer les différentes initiatives innovantes portés par les acteurs de recherche et de développement agricoles. Avec l’appui du CORAF, sept (07) plateformes d’innovation autour des chaînes de valeur prioritaires du FSRP-Togo ont été mis en place afin de permettre aux acteurs desdites chaines de valeur d’échanger et de trouver des solutions innovantes à leurs difficultés. Le FSRP a apporté un appui conséquent dans la mise en œuvre du Programme d’urgence de renforcement de la résilience des populations et des communautés, avec l’acquisition en urgence et la mise à disposition 34 000 tonnes d’engrais  au profit de 204 300 producteurs dont 44 613 femmes pour une cible de 100 producteurs. Des semences certifiées de riz, de soja ont été distribués aux producteurs vulnérables (22 746 bénéficiaires dont 14 635 femmes) exploitant les Zones d’aménagement agricole planifié (ZAAP). Dans la filière animale, il a été également distribué des noyaux reproducteurs de volailles à 400 éleveurs dont 163 femmes sélectionnées dans la région de la région des savanes. Grace au financement additionnel du GAFSP de cet appui s’étendra dans les autres régions du Togo », a-t-il relevé.

Selon lui, ces actions du FSRP impactent déjà considérablement les bénéficiaires qui ne manquent pas d’occasion pour donner des témoignages liés à ces appuis lors de leurs visites de terrain.

« En termes d’effets directs, les producteurs enregistrent l’augmentation des superficies emblavées, l’amélioration de leur rendement, et de surcroit l’augmentation des productions. La formation des femmes sur les bonnes pratiques de transformation des produits à haute valeur nutritionnelle, suivie d’équipement en kits culinaires, a amené celles-ci, non seulement à améliorer la composition des plats cuisinés pour l’alimentation leur famille, mais aussi et surtout à agrandir leurs activités commerciales pour celles en pratiquaient déjà et à créer de nouvelles activités génératrice de revenus pour d’autres.  Sur le terrain, ces actions du FSRP, ont permis de toucher à ce jour 393 876 bénéficiaires dont 136 011 femmes (35 %) », a-t-il indiqué.

M. Konlani a saisi cette occasion pour renouveler au nom de son ministre, tous les sincères remerciements du gouvernement togolais à la Banque Mondiale pour cet appui qui vient consolider ses précédentes interventions dans le secteur agricole togolais.

Il a également remercié la CEDEAO et les autres organisations régionales pour les efforts qu’ils ne cessent de déployer pour la réussite de ce projet notamment dans la coordination de ses composantes techniques. 

« Les résultats de la mise en œuvre du FSRP sont aujourd’hui encourageants, et nous incitent à redoubler les efforts pour une meilleure progression vers l’atteinte des cibles », a-t-il déclaré.

ALI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *