Togo: Le PASH-MUT pour améliorer l’accès et les services d’eau potable et d’assainissement aux populations du Grand-Lomé

Le Premier ministre Victoire Sidémého Tomégah-Dogbé a lancé ce 10 octobre 2023, à Lomé, le Projet d’Amélioration de la Sécurité Hydrique en Milieu Urbain au Togo (PASH-MUT). C’était en présence des membres du gouvernement, du représentant résident de la Banque Mondiale, M. Fily Sissoko, des élus locaux, des autorités administratives et traditionnelles.

D’une durée de 6 ans, le Projet d’Amélioration de la Sécurité Hydrique en Milieu Urbain au Togo (PASH-Togo) est financé par la Banque Mondiale à hauteur de 100 millions de dollars, soit 62 milliards de F CFA. Il vise à accroître l’accès aux services d’approvisionnement en eau et d’assainissement et leur qualité, à améliorer la performance opérationnelle du fournisseur des services d’eau potable et la gestion des ressources en eau dans le Grand Lomé.

Ce projet est structuré en 6 composantes, à savoir : Amélioration des services d’approvisionnement en eau potable en milieu urbain, renforcement des institutions et de l’efficacité du secteur, amélioration de l’assainissement et de l’hygiène, renforcement de la gestion des ressources en eau, gestion de projet et études sectorielles, intervention d’urgence conditionnelle.

Au terme dudit projet, il est attendu qu’il bénéficie à 950 000 personnes habitant le Grand Lomé, avec tous les clients de la Togolaise Des Eaux (TDE) bénéficiant d’une amélioration de la qualité des services, et aussi à 200 000 résidents, étant raccordés aux réseaux pour la première fois.

En outre, un tiers des habitants du Grand Lomé (environ 600 000 personnes à la date de clôture du Projet) devraient bénéficier de la disponibilité d’une Usine de traitement des boues de vidange (UTBV) et de services renforcés de collecte et de transport des boues de vidange.

En lançant le projet, le Premier ministre Victoire Sidémého Tomégah-Dogbé, a indiqué que sous le leadership du Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, la feuille de route gouvernementale 2020-2025, a fait de l’accès à l’eau potable, un élément majeur du développement et de l’inclusion sociale.

Elle a rappelé que grâce aux actions que mène le gouvernement  avec le concours précieux de ses partenaires, le taux d’accès à l’eau potable est passé de 60% en 2020 à 67% en 2022. Ce qui correspond environ 1.061.000 personnes de plus qui ont désormais accès à l’eau potable.

Le Premier ministre a saisi cette occasion pour réitérer ses remerciements à la Banque Mondiale pour l’excellente qualité des relations avec le gouvernement togolais.

Pour la Cheffe du gouvernement, les projets mal exécutés entraînent une perte de ressources financières pour l’État et ont un impact négatif sur les conditions de vie des populations.

 Ainsi donc, s’adressant aux équipes chargées de l’exécution des différents projets, elle a laissé entendre qu’il n’y aura aucune tolérance pour les projets mal exécutés.

“Chers collaborateurs, je vous invite à faire preuve de diligence dans la mise en œuvre efficace des actions et des activités liées aux projets. L’intégrité dans la gestion des ressources, le respect des procédures dans la commande publique, la sérénité dans la conduite des actions et le respect des normes en matière de qualité sont les principes qui doivent vous guider au quotidien pour atteindre nos objectifs escomptés et avoir un impact positif sur nos populations”, leur a-t-elle exhorté.

Le Premier ministre a également indiqué que la bonne gestion des ressources et le rythme d’absorption des fonds rassureront les partenaires et les inciteront à augmenter leur financement en faveur du pays.

« Un travail qui est mal fait, et qu’il faut reprendre demande encore plus de ressources et ce sont des ressources que nous perdons. Cela fera que nous n’aurons pas assez de ressources pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés dont celui d’améliorer les conditions de vie de nos populations”, a-t-elle fait savoir.

A cet effet, la Cheffe du gouvernement a invité les populations à veiller au respect des échéances et de la qualité des travaux qui seront exécutés.

“Aucun retard, aucune malfaçon technique, et aucune gouvernance approximative du projet ne seront tolérés. Plusieurs projets sont actuellement en cours de réalisation et méritent d’être accélérés. Nous devons travailler de manière coordonnée pour aller plus vite.”, a-t-elle avertit.

Le ministre d’Etat, ministre de l’Eau et de l’Hydraulique Villageoise, le Gal de Brigade Damehame Yark, a souligné que  la Feuille de Route gouvernementale 2020-2025, dans son axe stratégique 1, prévoit le projet prioritaire (P6) dont l’objectif est d’augmenter l’accès à l’eau potable et à l’assainissement.

Il s’agit d’atteindre un taux d’accès à l’eau potable de 80% au niveau national, décliné à 75% en milieu urbain, 65% en milieu semi-urbain et 95% en milieu rural, avec une attention particulière portée sur le Grand Lomé, où il est visé un taux de 75%. Il est également attendu du projet, un taux national de 86% à l’assainissement, a-t-il fait savoir.

« Nous sommes conscients des défis que nous devrons relever pour atteindre ces objectifs ambitieux. Le Grand Lomé, qui comprend 13 communes, est actuellement alimenté en eau potable à partir de cinquante forages captant trois nappes aquifères. La capacité de production actuelle est de 65 000 m3/jour contre 120 000 m3/jour selon les besoins actuels. En outre le réseau du Grand Lomé ne couvre actuellement que 58% des abonnés, et la faible capacité de l’usine de production d’eau potable de Cacaveli limite le développement du réseau de distribution pour satisfaire la demande croissante. C’est pourquoi ce projet est essentiel pour répondre aux besoins croissants en eau potable de la zone de projet », a déclaré le ministre d’Etat, ministre de l’Eau et de l’Hydraulique Villageoise.

Le représentant résident de la Banque Mondiale au Togo, Mme Fily Sissoko, a relevé que le gouvernement togolais s’est fixé des objectifs très ambitieux pour la réalisation de l’accès universel à l’eau et à l’assainissement, d’abord à plus de 86% de la population de Lomé, puis l’accès à 100 % des services d’approvisionnement en eau à l’échelle nationale.

Selon lui, ce projet vient soutenir le cadre de réforme sectorielle, notamment par la mobilisation du secteur privé pour aider le Togo à fournir de l’eau en quantité suffisante et en qualité au plus grand nombre de ménages possible dans le Grand Lomé.

« Le projet que nous lançons aujourd’hui souligne l’excellent partenariat qui existe entre le Gouvernement et le Groupe de la Banque Mondiale et soutient une modernisation et une réforme du secteur de l’eau, prévues dans la Feuille de route gouvernementale 2025 », a-t-il déclaré.

ALI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *