Journée Africaine des Mers et Océans : L’édition 2022 commémorée au Togo

L’édition 2022 de la Journée Africaine des Mers et Océans a été célébrée les 19 et 20 septembre derniers, à Lomé. Les travaux de cette commémoration ont été présidés par  le ministre de l’Economie Maritime, de la Pêche et de la Protection Côtière, Edem Kokou Tengué.  Instaurée par l’Union Africaine, cette journée vise à rappeler le rôle des océans et des mers comme source pour la planète entière et l’importance de les conserver et de les exploiter de manière adaptée aux fins du développement durable des pays.

Le 25 juillet de chaque année, l’Union Africaine célèbre la Journée Africaine des Mers et Océans. Cette année, le Togo a été choisie pour abriter la commémoration de cet événement pendant deux jours en différé. Ceci, afin de susciter une véritable prise de conscience des populations et des décideurs politiques concernant les enjeux du patrimoine marin commun à l’humanité.

Beaucoup d’activités sont liées à l’océan et la mer et pour en tirer profit, il est important de les protéger afin de continuer de bénéficier de leurs nombreux services environnementaux et leurs ressources naturelles. Malheureusement, plusieurs personnes ne le savent pas.

Pour amener l’Afrique entière à prendre collectivement et individuellement conscience de l’importance de la sauvegarde des océans, à repenser les manières de faire, de produire et de consommer, à travers des actions concertées, le gouvernement togolais et l’Union Africaine ont organisé une rencontre de deux jours sur le thème : « Renforcer l’agenda de l’économie bleue en Afrique ».

Au cours de cette rencontre, les participants ont fait un récapitulatif des célébrations de la journée africaine des mers et océans pour jauger son impact ; mené des échanges autour de l’expérience du Seychelles dans le secteur.

Il s’est agi aussi d’explorer ensemble les activités à mettre en œuvre, afin d’informer, sensibiliser et déclencher des changements axés sur les comportements et le mode de consommation.

Table d’honneur à l’ouverture des travaux (on reconnait 1er à droite, le ministre Katari Foli-Bazi et 2e à droite, le ministre Edem Kokou Tengué

« Car dans le secteur, nous devons nous mobiliser pour faire face à des défis tels que le fléau de la pêche illicite, la pollution, la piraterie, les trafics divers et l’érosion qui menacent la stabilité  et la prospérité des pays disposant d’un littoral et de leurs voisins. Il ne sert à rien de nous réunir et de ne pas pouvoir dégager un plan d’actions. Il est temps pour chaque pays africain de participer aux efforts en cours, pour faire en sorte que la stratégie AIMS 2050 de l’UA serve de base principale aux efforts de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) et d’autres agences internationales, régionales et nationales pertinentes pour renforcer l’économie des océans maritimes sur le continent africain », a indiqué Mme Nancy Karigithu, ambassadrice de l’économie bleue de l’UA au Kenya.

A l’ouverture de cette rencontre, le ministre de l’Economie Maritime, de la Pêche et de la Protection Côtière, M. Edem Kokou Tengué, a fait savoir qu’au Togo, les objectifs de cette célébration s’alignent sur les axes 1 et 3 du Plan National de Développement (PND) déclinés en feuille de route gouvernementale et, plus précisément, avec la stratégie nationale pour la mer et le littoral, et le livre 6 du code de la marine marchande togolais consacré à la pollution marine.

Il a rappelé que le littoral représente 11% du territoire national et héberge près de 36% de la population du pays. Des actions ont été entreprises au cours des dernières années pour assainir les côtes et protéger davantage l’environnement marin de la pollution. Les comportements humains sont globalement au centre de la problématique des dangers qui menacent les mers et les océans.

Selon le ministre, pour concrétiser sa volonté et sa détermination dans le sens de la gestion durable des mers et océans, le gouvernement togolais a entrepris ou participe à des actions et activités spécifiques.

Il a relevé, le Projet d’Investissement pour la résilience des Zones Côtières  Ouest-africaines (WACA) et l’initiative Pêche Côtière (IPC-Afrique de l’Ouest).

Le ministre a aussi énuméré la construction de l’ouvrage destiné à stabiliser et à protéger la côte togolaise, le plan directeur d’aménagement du littoral, le déplacement des populations en bordure du littoral et les campagnes de sensibilisation sur l’importance de la protection des océans et leurs ressources.

« Il est grand temps de nous unir pour donner un nouveau souffle à nos océans, de sorte qu’à l’horizon 2030, l’atteinte de l’Objectif de Développement Durable 14 qui est « Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins de développement durable, soit une réalité », a-t-il lancé.

ALI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.