Togo : Les agents de l’Unité Mixte de Contrôle des Conteneurs outillés à la technique de fouille des navires

Treize (13) agents de l’Unité Mixte de Contrôle des Conteneurs (UMCC) issus de la police nationale, de la gendarmerie nationale et de la douane ont suivi du 27 juin au 1er juillet 2022, à Lomé, une formation en matière de contrôle des conteneurs, des navires et d’analyse des informations.

Cette formation organisée par le Haut Conseil pour la Mer (HCM) s’inscrit dans le cadre du projet SEACOP, 5ème phase, financée par l’Union Européenne. Elle a pour objectif de lutter contre les trafics illicites opérés par voie maritime.

Le secteur maritime togolais à travers le Port Autonome de Lomé (PAL) connait ces dernières années, un développement inédit et continue. Ce développement, tout en propulsant le pays à une place enviable dans le classement des infrastructures portuaires de la sous-région et du continent, l’expose à des risques de trafic de tout genre.

Des personnes mal intentionnées tentent toujours de faire passer des produits illicites et prohibés par le port, notamment la drogue, les armes et autres.

Pour lutter contre ces trafics, le Togo a créé, depuis 2010, l’Unité Mixte de Contrôle des Conteneurs qui a pour mission entre autres : d’empêcher l’utilisation de la chaine logistique maritime à des fins criminelles, de procéder aux analyses des risques et au contrôle des conteneurs ciblés.

La mission de l’UMCC était plus orientée vers les conteneurs, donc une mission à terre destinée à rechercher les produits prohibés cachés dans les conteneurs en transit ou à destination du Togo. Mais les agents sont quelques fois sollicités pour des interventions en mer et sur les navires.

Pour ce faire, il s’avère donc nécessaire de renforcer leurs capacités dans ce sens. C’est dans ce cadre que 13 agents ont été outillés à la technique de la fouille des navires à la recherche des objets ou produits illicites en transit ou à destination du Togo.

Durant cinq jours, il s’est agi de préparer les participants à mettre en œuvre des fouilles de navire de façon organisée, méthodique mais surtout sans qu’ils ne se mettent eux-mêmes en danger.

Selon le coordonnateur régional du projet SEACOP, M. Éric Wiart, cette formation s’inscrit dans le 1er objectif du projet en l’occurrence renforcer les contrôles des navires.

L’ambassadeur de l’UE au Togo remettant une attestation à un participant

« Par contrôle, il faut entendre plus précisément la fouille (pas simple contrôle documentaire). Un navire recèle de multiples caches et possibilités de dissimulations innombrables dans lesquels de marchandises prohibées peuvent être cachées. Un navire constitue par ailleurs un milieu présentant des dangers, souvent méconnu des agents chargés de réaliser les contrôles », a-t-il fait savoir.

Le représentant du ministre conseiller chargé du Haut Conseil pour la Mer, M. Ferdinand Karou, a souligné que le projet SEACOP V est un projet de coopération portuaire en Afrique. Il vise à contribuer à la lutte contre le commerce maritime illicite et les réseaux criminels associés sur l’axe transatlantique dans le respect des droits de l’homme.

Il a précisé que SEACOP intervenait déjà au Togo depuis 2012 et plusieurs administrations ont eu déjà à travailler sur le projet.

Selon lui, la pratique des acquis de cette formation permettra aux 13 stagiaires de contribuer à lutter efficacement contre le crime transmaritime en vue d’assainir les eaux sous juridiction togolaise de tout trafic.

Vue partielle des participants

M. Karou a saisi cette occasion pour témoigner toute sa reconnaissance à l’endroit de l’Union Européenne qui ne cesse d’accompagner le Togo dans sa quête de la sécurisation de son domaine maritime et particulièrement son Port Autonome.

Notons qu’outre le Togo en Afrique de l’Ouest, le projet SEACOP concerne le Bénin, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, le Sénégal et la Sierra Léone. Financé par l’Union Européenne, il est mis en œuvre à travers la formation des personnels des institutions intervenant dans le contrôle du trafic maritime et la fourniture de certains équipements dont des matériels de fouille de navires.

ALI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *