Togo : Les activités du programme KIX Afrique 21 lancées

Le ministère des Enseignements Primaire, Secondaire, Technique et de l’Artisanat, a officiellement lancé ce 17 janvier 2022, à Lomé, les activités du programme d’échanges de connaissances et d’innovation KIX Afrique 21. Ce programme vise à mobiliser les connaissances et innovations en vue d’assurer une éducation de meilleure qualité à des millions d’enfants.

Le programme KIX Afrique 21 entend veiller à ce que des solutions fondées sur des données probantes soient vulgarisées auprès des décideurs nationaux et alimentent directement le dialogue politique et les processus de planification ; renforcer les capacités de production, d’intégration et de déploiement des connaissances et innovations dans les pays en développement partenaires du Partenariat Mondial pour l’Education (PME).

Il regroupe 21 pays francophones et lusophones d’Afrique autour de trois axes stratégiques, notamment la capitalisation de résultats de recherche ; la capacitation des acteurs de l’éducation sur des thématiques majeures (systèmes d’évaluation-inclusion-équité-approche genre) ; le partage des connaissances et des innovations ainsi que le plaidoyer auprès des acteurs et partenaires de l’éducation.

Selon le directeur des formations du ministère des Enseignements, Primaire, Secondaire, Technique et de l’Artisant, M. Essohanam Kokou Biao, dans le cadre du programme KIX, une feuille de route de toutes les actions qui seront menées sera élaborée au niveau national mais aussi un concours des innovations porteuses sera lancée, afin que chaque acteur du système éducatif puisse apporter ce qu’il pense qu’il fait bien et qu’il veut que les autres sachent.

« A partir de là, nous allons mettre un comité scientifique qui va essayer de regarder ces innovations au niveau national et essayer de retenir la meilleure. Ce serait une façon de motiver les enseignants qui font des recherches et qui innovent chaque jour que Dieu fait dans le système éducatif », a-t-il fait savoir,

avant d’ajouter qu’ « Au niveau régional, il y a également un comité régional qui sera là. Si nous avons trouvé une innovation porteuse au Togo par exemple, nous allons l’envoyer à ce comité régional qui va également regarder et de ce côté-là nous allons voir si ce que nous, nous avons dit innovation porteuse ici, elle sera également vulgarisée au niveau de la sous-région, dans les autres pays. Inversement, nous aurons donc à avoir des données des autres pays, nous aussi, nous aurons à envoyer nos données et en croisant tout ça là, nous espérons qu’on va trouver quelque chose d’assez bon au niveau des acteurs que ce soit en matière des statistiques scolaires, en matière d’alphabétisation , en matière de pratiques de classe, en matière d’évaluation des apprentissages, etc ».

En lançant ce programme au nom du ministre des Enseignements Primaire, Secondaire, Technique et de l’Artisanat, le directeur de cabinet, Dr Piyabalo Nabédé, a indiqué que le plan d’action du programme KIX Afrique 21 est en parfaite cohérence avec les objectifs poursuivis par le Togo dans sa quête d’une éducation de qualité pour tous. C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, des actions d’envergure sont en cours pour l’amélioration de la qualité dans le système éducatif de notre pays.

Parmi ces actions d’envergure, il a cité, notamment la réforme curriculaire au préscolaire, primaire et secondaire, la réforme des ENI, la formation en cours du personnel d’encadrement pédagogique, la gratuité des frais de scolarité au préscolaire, primaire et secondaire général et technique, la suspension des frais d’examen, etc.

Selon lui, la mise en œuvre du programme KIX dans leurs pays contribuera aux échanges de connaissances et d’innovations indispensables à l’évolution de leurs systèmes d’éducation qui doivent être dynamiques pour s’adapter à l’évolution du monde et du marché de travail.

« Ces échanges qui se feront aux niveaux national et sous régional permettront certainement l’éclosion des talents et susciteront de l’émulation parmi nos enseignants dans leurs pratiques de classe. Les pays pourront profiter pour mettre en place des mécanismes de motivation des enseignants dont les innovations sont porteuses et qui améliorent sensiblement les acquis des apprenants », a-t-il souligné.

ALI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *