Togo : Les acteurs et partenaires du système éducatif font le bilan des réalisations de 2020

Les différents acteurs et partenaires du système éducatif prennent part du 12 au 14 janvier 2022, à Lomé, à la huitième édition de la revue sectorielle conjointe de l’éducation au Togo. Organisée par le ministère des Enseignements Primaire, Secondaire, Technique et de l’Artisanat avec l’appui des partenaires techniques et financiers, elle permet de faire le bilan des réalisations de 2020, le suivi de l’exécution physique et financière du plan sectoriel de l’éducation, d’apprécier le niveau d’évolution des indicateurs et de tirer des recommandations en vue d’ajuster la poursuite de la mise en œuvre sur l’année suivante pour une plus grande efficacité.

 Depuis l’élaboration et la mise en œuvre du plan sectoriel de l’éducation en 2010, il est instauré chaque année, la revue sectorielle conjointe de l’éducation au Togo. C’est dans cette optique que les acteurs et partenaires du système éducatif prennent part à la huitième édition de cette revue.

Ainsi, pendant trois jours d’activités et d’échanges, il s’agit essentiellement de faire le point des activités mises en œuvre durant l’année 2020, de rendre compte des performances de chaque sous-secteur en présentant le niveau d’exécution financière et l’état d’exécution physique des financements octroyés ainsi que l’évolution des principaux indicateurs de suivi définis dans le plan sectoriel de l’éducation , de faire le bilan des activités de riposte à la pandémie dans le secteur de l’éducation, apprécier le niveau de résilience actuel du système éducatif, identifier et analyser les principales difficultés rencontrées au niveau de chaque sous-secteur pour la riposte mais aussi pour la mise en œuvre du plan sectoriel de l’éducation et enfin formuler des recommandations pertinentes pour poursuivre la réalisation des objectifs assignés au plan sectoriel de l’éducation pour renforcer la résilience du système éducatif.

Selon le secrétaire technique permanent du Plan Sectoriel de l’Education (PSE), M. Séna Akakpo-Numado, cette revue sectorielle revêt une importance particulière pour deux raisons. Premièrement, elle évalue la première année de mise en œuvre du plan sectoriel révisé 2020-2030, deuxièmement, elle a lieu en plein contexte de pandémie sanitaire et elle permet d’apprécier les actions urgentes mises en œuvre pour assurer la continuité des apprentissages pendant la fermeture des écoles à partir du 20 mars 2020 et organiser la reprise des activités pédagogiques dans des conditions acceptables.

« (..) Des efforts sont consentis à tous les niveaux pour poursuivre l’amélioration de l’accès de l’équité, de la qualité et de la gouvernance du secteur de l’éducation au Togo. Face à la pandémie, des initiatives courageuses qui se sont appuyées sur les technologies de l’information et de la communication ont été prises pour assurer la continuité des apprentissages, organiser des examens officiels et progressivement reprendre de façon presque normal les activités pédagogiques à tous les niveaux du secteur dans des conditions acceptables. Toutefois, des défis importants restent toujours à relever », a-t-il relevé.

Table d’honneur à l’ouverture des travaux

A cet effet, il a salué la dynamique qu’on observe depuis octobre 2019 dans le secteur de l’éducation autour de ces grands défis.

«  Une dynamique marquée par de nombreuses initiatives, d’innovations et de réformes en vue d’améliorer l’existant et de garantir un accès équitable de tous les Togolais à une éducation de qualité telle que commandée dans les instruments internationaux, notamment l’ODD4, l’agenda 2063 de l’Union Africaine, etc et telle que prévu dans les projets 9 et 10 de la feuille de route gouvernementale 2020-2025 », a-t-il signifié.

En ouvrant les travaux, le ministre des Enseignements Primaire, Secondaire, Technique et de l’Artisanat, Professeur Komlan Dodzi Kokoroko, a fait savoir qu’ en termes de moyens financiers, outre l’apport de fonds à concurrence de 10 milliards des partenaires techniques et financiers, le gouvernement togolais a aussi conséquemment mis à la disposition du secteur de l’éducation en 2020, un budget de plus de 175 milliards de F CFA dont 120 milliards pour l’enseignement primaire et secondaire, 11 milliards au profit de l’enseignement technique et de l’artisanat, 42 milliards pour l’enseignement supérieur et la recherche et 177 millions de F CFA pour le compte de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle.

Il a annoncé qu’au cours de cette année 2022, le digital en particulier connaitra des évolutions majeures  par le développement de système autonome du ministère et  en partenariat avec le CIC de l’université de Lomé, notamment sur la gestion de la vie scolaire des apprenants et apprenantes via une plateforme d’identification unique, la publication sécurisée en ligne des résultats des différents examens et concours et la mise en place d’une plateforme éducative nationale.

« La mission d’enseigner et d’éduquer connait des avancées notables quoique le chantier demeure vaste avec d’énormes défis. Bâtir des édifices en nombre suffisant, fournir des ressources humaines compétentes et des curricula adaptés. Aussi les réflexions sont ouvertes sur de véritables ruptures pédagogiques et de formation des aspirants à la formation enseignante, des enseignants tout au long de la carrière et des décideurs délégués dans leurs régions et dans les inspections », a-t-il fait savoir.

Le ministre a saisi cette occasion pour renouveler au nom du Chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé la gratitude de la famille gouvernementale aux partenaires techniques et financiers pour leur contribution conséquente au rayonnement de l’éducation au Togo.

«  L’éducation et l’enseignement sont plus qu’un métier. Ce sont des missions qui consistent à aider chaque personne à reconnaitre ce qu’elle a d’irremplaçable et d’unique afin qu’elle grandisse et s’épanouisse pour le bonheur de l’humanité. Telle est la mission que nous nous sommes assignés », a-t-il lancé.

Vue partielle des participants

La représentante-résidente de l’UNICEF au Togo, cheffe de file des partenaires techniques et financiers dans le secteur de l’éducation, Dr Adja Aissata Sibibé Bah, a émis le souhait que cette première revue du nouveau plan sectoriel de l’éducation aboutisse à des résultats qui permettront d’accélérer les progrès.

«  Notre souhait est également que la revue sectorielle de 2020 puisse se tenir cette année afin de renouer avec nos traditions d’avant la pandémie. Pour conclure, je voudrais réitérer l’engagement du groupe des partenaires techniques et financiers à poursuivre les efforts entrepris à vos côtés pour garantir l’accès à chaque fille et à chaque garçon à une éducation de qualité », a-t-elle déclaré.

ALI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *