COP 26 : Le Togo fait la restitution de sa participation

Le ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières a organisé le 10 décembre 2021, à Lomé, un atelier de restitution des acquis de la 26ème Conférence des Parties  (COP26) à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques. L’objectif est de faire le point des résultats obtenus et en identifier des pistes de projection vers la prochaine COP.

En effet, du 31 octobre au 13 novembre 2021, s’est tenue à Glasgow en Ecosse, la 26ème Conférence des Parties (COP26) à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques. Le Togo a pris une part active en soumettant ses nouveaux engagements  contenus dans ses Contributions Déterminées au niveau National (CDN) révisées.

Au terme de cette conférence, gouvernement et acteurs pertinents concernés tant par les effets que par la gestion des changements climatiques  au Togo se sont retrouvés pour parcourir les résolutions et les décisions qui ont été prises, tirer les leçons et saisir les opportunités qui s’offrent pour bénéficier des financements pour soulager la souffrance des populations.

Selon le dernier rapport du Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) paru en aout dernier, les émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines ont augmenté le niveau des températures d’environ 1,1 °C depuis la période 1850-1900 et la température mondiale, en moyenne sur les 20 prochaines années, devrait atteindre ou dépasser le seuil de 1,5°C.

Ce niveau de réchauffement climatique aura un effet sur l’augmentation de la probabilité de phénomènes météorologiques extrêmes et pour conséquences la baisse de la production agricole, la prolifération des maladies hydriques et des vecteurs, la perte des revenus et l’accentuation de la pauvreté surtout en milieu rural.

Face à cette situation, la conférence de Glasgow avait le mérite de permettre l’évaluation de la première période de mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le Climat et réajuster les engagements des pays contenus dans leurs Contributions Déterminées au niveau National (CDN) pour limiter le réchauffement planétaire en dessous de 2°C voire 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels comme le prévoit la science.

La COP26 a permis aux pays de discuter des voies et moyens à mettre en œuvre en termes de réduction des émissions. Elle a été l’occasion pour les différentes parties d’explorer les possibilités de mobiliser les financements nécessaires pour faire face aux besoins d’adaptation afin de réduire la vulnérabilité des communautés et des écosystèmes surtout dans les pays en développement.

En ouvrant les travaux de cet atelier, le représentant du ministre de l’Environnement et des Ressources Forestières, M. Kudadzé Kodjo, a souligné que la délégation togolaise conduite par le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, a réussi à engranger des acquis appréciables.

« (…) je voudrais signifier à tous les participants à cette réunion de restitution qu’au-delà de la quantité et de la qualité de la moisson ramenée de Glasgow, ce qui importe et qui vous incombe en premier chef, c’est de réfléchir aux conditions de sa réalisation efficace et diligente », a-t-il indiqué.

M. Kudadzé Kodjo, a saisi cette opportunité pour remercier tous les partenaires bilatéraux et multilatéraux qui acceptent d’accorder leur précieux accompagnement au Togo dans ses efforts de lutte contre les changements climatiques.

Le représentant résident par intérim du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) au Togo, M. Mactar Fall, a fait savoir que pour contribuer à l’effort de lutte contre les changements climatiques, son institution a lancé en 2019, l’initiative de la « Promesse Climatique » qui visait à accompagner plus de 100 pays dans le monde dans la révision de leurs CDN, afin de les rendre plus inclusives en termes de couverture des secteurs et des gaz à effet de serre, mais aussi pour prendre en compte toutes les parties prenantes au niveau des pays et également augmenter le niveau d’ambition. Le Togo a bénéficié de cette initiative et a procédé à la révision de ses CDN, a-t-il ajouté.

« C’est le lieu de féliciter le gouvernement du Togo qui a soumis ses nouveaux engagements contenus dans ses CDN révisées. Ces engagements, plus ambitieux que précédents, visent une réduction des émissions des gaz à effet de serre de 20,51% volontairement et de 30,06% additionnel avec le soutien des partenaires, soit une contribution globale de 50,57% de réduction des émissions à l’horizon 2030 », a-t-il déclaré.

A cet effet, M. Mactar Fall a laissé entendre que son institution est résolument engagée à accompagner le Togo dans ses efforts de lutte contre les changements climatiques à travers l’appui à la mise en œuvre des projets tels que le développement des écovillages, l’accélération de l’accès aux énergies renouvelables pour l’autonomisation économique des populations en milieu rural, la gestion durable des terres et des écosystèmes semi-arides, le renforcement de la résilience climatique des communautés rurales vulnérables, etc.

« Je voudrais saisir cette occasion pour encourager l’implication active et effective de toutes les parties prenantes aux travaux de cet atelier pour sortir de cette rencontre avec une feuille de route claire et des idées bien ficelées pour un meilleur accès à la finance climatique », a-t-il lancé.

Aimé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *