Togo: Voici ce qu’il faut mobiliser pour entretenir le réseau routier national en 2022

Le ministère des Travaux Publics a organisé le 18 novembre dernier, à Lomé, la réunion de programmation du budget-programme annuel d’entretien routier 2022. L’objectif de cette rencontre est d’arrêter en fonction de la prévision des recettes réalisables, le projet de budget-programme de l’année 2022.

Ainsi, à l’issue de l’évaluation consécutive à la collecte des données routières, le coût estimatif de l’entretien routier exercice 2022 revient à 30.609.300.000 F CFA.

Pour le budget-programme d’entretien routier, exercice 2022, il est attendu de la Société Autonome de Financement d’Entretien Routier (SAFER) un montant de de 30.609.300.000 F CFA qui sera consacré aux travaux d’entretien des routes nationales, des pistes rurales, du cantonnage ainsi qu’à la sécurité routière sans oublier le financement des œuvres sociales au profit des populations dans les localités où les postes de péage ont été érigés.

A cette occasion, la ministre des Travaux Publics, Madame Zouréhatou Tcha-Kondo épouse Kassah-Traoré, a indiqué que maintenir et entretenir le réseau routier national est une nécessité vitale, un gage de prospérité de notre pays qui nous conduit sur le chemin de l’émergence.

« Aujourd’hui, le gouvernement s’est défini une stratégie ambitieuse d’ici à l’horizon 2025, qui s’est déclinée en une feuille de route de 42 projets et réformes prioritaires dont l’une des ambitions est d’affirmer la place du pays en tant que hub logistique et de services, de dynamiser la création d’emplois, en s’appuyant sur les forces de l’économie », rappelle la ministre.

Vue partielle des participants

D’où la nécessité, enchaîne-t-elle « de préserver les acquis par un entretien régulier et pérenne » de nos routes.

« (…) j’exhorte tous les partenaires et acteurs impliqués dans le processus de gestion de l’entretien routier à prendre un nouvel élan qui doit se caractériser désormais par une transparence dans le processus de passation des marchés sans perdre de vue les paramètres de qualité, de coût et de délai dans l’exécution des travaux. (…) La SAFER quant à elle, conformément à son agenda, devra redoubler d’ardeur pour assurer le financement de l’entretien du réseau routier national », a-t-elle lancé.

Selon le Directeur général de la SAFER, M. Sylvain Outchantcha , « la dynamique du développement socio-économique de notre pays sous l’impulsion du président de la République, repose sur le développement de la route qui reste une opération suffisamment onéreuse appelant tous les acteurs à œuvre pour la protection de cette dernière ».

Et de poursuivre : « La protection de la route pour garantir sa durabilité dans le temps passe par l’adhésion de tous les acteurs de l’opération de contrôle des charges à l’essieu confiée par le gouvernement à la SAFER. L’opération de contrôle des charges à l’essieu consiste à empêcher les surcharges des camions et des gros porteurs de marchandises source de destruction prématurée de nos routes ».

Il faut noter que malgré la crise sanitaire due à la Covid-19, la SAFER a pu mobiliser au 15 novembre 2021, un montant global de 30 milliards de F CFA pour le compte du budget d’entretien routier exercice 2021, contre un montant attendu de 21 milliards de F CFA en 2020, soit un taux de progression de 43%.

ALI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *