Mango : Les maires, adjoints aux maires et autres acteurs édifiés sur la gestion des dossiers relatifs aux Cultes

La tournée de sensibilisation des maires et adjoints aux maires sur la gestion des dossiers relatifs aux Cultes a pris fin ce 19 novembre 2021 avec l’étape de Mango. A cette étape, les maires, adjoints aux maires, les commissaires de police et les chefs de brigade des préféctures de l’Oti, Oti-Sud et de Tandjouaré ont été outillés sur ce sujet.

Cette rencontre organisée par le ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et du Développement des Territoires, à travers la direction des Cultes avec l’appui du Programme Décentralisation et Gouvernance Locale (ProDeGoL), a pour but de sensibiliser les participants sur la gestion des dossiers cultuels en l’occurrence sur le cadre législatif et institutionnel régissant les cultes.

Il a été aussi question de les informer sur les procédures administratives de gestion des contentieux liés aux cultes et les règles applicables aux décisions de suspension d’activités d’un lieu de culte.

A cet effet, deux panels, notamment  » Le cadre juridique et institutionnel de l’exercice des cultes : Rôle des élus locaux » et « La gestion administrative du contentieux lié à l’exercice des cultes » ont été développés.

Le directeur des Cultes, représentant le ministre d’Etat, ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et du Développement des Territoires, le Lt-Col. Béléi Bédiani, a fait savoir qu’il a été constaté que certains élus locaux éprouvent des difficultés sur le terrain pour appréhender les dossiers de Cultes.

Il a indiqué, à cet effet, que les thématiques développées vont situer les maires, les adjoints aux maires et les acteurs des communes sur leur rôle dans le cadre juridique et institutionnel des cultes et dans la gestion des conflits, des litiges, la gestion des contentieux qui peuvent naître entre les responsables religieux, les fidèles et les voisinages. Ils seront informés des conditions d’implantation des lieux de cultes légalement constituées et celles de suspension des activités et de dissolution de ces lieux, a-t-il ajouté.

« Le maire est un maillon dans le processus de gestion des dossiers relatifs aux cultes. Il a des compétences de police pouvant intervenir lorsqu’il y a des problèmes dans sa commune, mais ce dernier n’est pas habileté à suspendre les activités ou fermer des lieux de cultes. Le maire est le représentant du ministre chargé des cultes donc il conçoit un dossier et le transmet au ministre qui doit prendre la décision de fermer les lieux de cultes s’il y a lieu », a expliqué le Lt-Col. Béléi Bédiani.

Le directeur des Cultes a relevé qu’en cas de nuisance sonore, les maires peuvent intervenir pour restaurer le respect et la liberté de chaque citoyen. Le directeur des Cultes a invité les responsables municipaux et leurs adjoints à comprendre leur responsabilité et leur rôle dans la gestion des dossiers relatifs aux cultes.

Le Lt-Col Béléi Bédiani a remercié la GIZ pour son accompagnement au ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et du Développement des Territoires.

Pour rappel, le ProDeGoL, mandaté par le ministère fédéral allemand de la Coopération Économique et du Développement (le BMZ) appuie la mise en œuvre de la décentralisation au Togo.

Il est mis en œuvre par la GIZ (coopération technique allemande) à Lomé et dans les communes Zio 1 (Tsévié); Kloto 1(Kpalimé); Ogou 1(Atakpamé); Tchaoudjo 1(Sokodé); Kozah 1(Kara) et Tône 1(Dapaong).

Les communes de Oti 1 (Mango); Bassar 1(Bassar); Binah 1(Pagouda); Tchamba 1(Tchamba); Sotouboua 1(Sotouboua); Amlamé 1(Amlamé) et Yoto 1(Tabligbo) bénéficient également de l’appui du ProDeGoL.

ALI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *