Football : La main lourde de la FIFA contre les Diables rouges du Congo et leur capitraine

Fernand Destin Mayembo, le capitaine des Diables rouges de Congo Brazzaville et son pays sont sanctionnés par la Fédération internationale de football association (FIFA) après le scandale de Lomé lors du match des éliminatoires de la phase finale de la coupe du monde Qatar 2022.

Le 9 octobre dernier, les Eperviers du Togo recevaient les Diables rouges de Congo Brazzaville au stade de Kégué dans le cadre de la troisième journée de la course qualificative pour Qatar 2022. Vers la fin de la rencontré, l’arbitre siffle un penalty pour l’équipe hôte avant de revenir sur sa décision, provoquant ainsi le courroux de la partie adverse.

« Le samedi 9 octobre dernier au stade de Kégué lors du match Togo vs Congo comptant pour la 3ème journée des matchs de qualification de la Coupe du Monde Qatar 2022, le maître du jeu, le guinéen Ahmed Sékou Touré après avoir consulté son premier assistant va annuler le penalty qu’il a préalablement accordé au Congo à la 80ème min. Pour le premier arbitre assistant, le ballon n’a pas touché le bras du joueur togolais Tchakeï Marouf au sol comme l’estimait l’arbitre central en prenant sa première décision », indique le site internet de la Fédération togolaise de football (FTF).

Et de préciser : « Le joueur congolais Fernand Destin MAYEMBO a écopé d’une suspension ferme de quatre matchs, après son carton rouge reçu le 9 octobre dernier au stade de Kégué contre le Togo (1-1) pour comportement antisportif envers l’arbitre guinéen Ahmed Sékou Touré, selon le rendu des sanctions de la Commission de discipline de la FIFA publié lundi. La Commission de discipline a également sanctionné le Congo d’une amende de 5000 francs suisses ».

Fernand Destin Mayembo, qui a protesté vigoureusement, insulté l’arbitre du match, a été suspendu pour quatre rencontres et doit payer une amende de 5000 francs suisses soit environ 3.109.000 f CFA.

A la fin de la rencontre, les joueurs congolais ont non seulement boycotté la conférence de presse d’après match mais aussi cassé des vitres et défoncé les portes des vestiaires du stade de Kégué.

Aimé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *