Troisième session du CNC: Sani Yaya demande aux banques et systèmes financiers de mieux accompagner les Très Petites et Moyennes Entreprises

La troisième session du Conseil National de Crédit du Togo (CNC) fait le bilan de la situation économique, monétaire et du système bancaire et financier à fin juin 2021 et se penche également sur la qualité des services financiers au Togo au 30 juin. Elle a été présidée par le Ministre-Conseiller du Président de la République, M. Simfeitcheou Pré, représentant le ministre de l’Economie et des Finances, M. Sani Yaya, président du CNC.

Les participants à ce rendez-vous de haut niveau analysent l’évolution de la situation économique, monétaire et du système bancaire et financier à fin juin et la qualité des services financiers au Togo au 30 juin 2021.

En ce qui concerne le premier point, le taux de croissance économique a été projeté à 4,8% au début de l’année, après 1,8% enregistré en 2020. Après neuf mois d’activités, les indicateurs de conjoncture économique indiquent une reprise plus soutenue qu’attendu de l’activité dans le secteur tertiaire qui affiche une plus forte résilience face aux effets négatifs de la Covid-19.

« Cette évolution a conduit à une révision à la hausse du rythme de progression de l’activité économique. Ainsi, le taux de croissance économique devrait atteindre 5,3% en 2021, soit un raffermissement de 50 points de base par rapport à la prévision initiale », peut-on lire dans le discours de Sani Yaya, ministre de l’Economie et des Finances.

Il en ressort que le taux d’inflation moyen s’est établi à 3,9% à fin août 2021, imputable au renchérissement de certains produits vivriers, en raison d’un approvisionnement peu suffisant des marchés.

« Dans ce contexte, et pour lutter contre la cherté de la vie, les Autorités nationales ont pris des mesures pour contenir, à moyen terme, le taux d’inflation dans la cible communautaire. Il s’agit essentiellement de la mise en vente, à compter du 31 mai 2021, des stocks de sécurité alimentaire et le renforcement du contrôle des exportations de certains produits de grande consommation », explique le document.

La dette publique qui représente 59% du Produit Intérieur Brut à fin juin 2021 permet de renforcer le cadre macroéconomique à travers l’accélération de la mise en œuvre de la feuille de route quinquennale 2020-2025. Cela passe aussi par l’ouverture, le 15 septembre dernier, de la Plate-forme Industrielle d’Adétikopé (PIA).

En dehors de cela, un décret portant approbation de la Charte des Très Petites et Moyennes Entreprises (TPME) a été adopté classifiant désormais les TPME en quatre catégories : les nano, les micros, les petites et les moyennes entreprises. Objectif, « renforcer les mécanismes d’appui à ces unités productives qui constituent aujourd’hui la base du tissu économique du Togo et participent, de manière significative, à la croissance économique et à la création d’emplois ».

Le deuxième point inscrit à l’ordre du jour porte sur le financement de l’économie. Premier constat : maintien des système financiers décentralisés.

« En effet, le montant des nouveaux crédits mis en place au deuxième trimestre 2021 par les banques s’est élevé à 217 milliards, en hausse de 59% par rapport au niveau enregistré au même trimestre de 2020.
Quant aux crédits octroyés par les institutions de microfinance aux agents économiques, ils ont crû de 38% à 47 milliards, sur la même période.
Par ailleurs, les banques et les systèmes financiers décentralisés ont recouvré, respectivement, plus de la moitié et du tiers du stock des créances ayant fait l’objet de report aux entreprises et aux particuliers affectés par la crise sanitaire », rappelle Sani Yaya.

Résultat : progression des créances sur l’économie, avec un glissement annuel de 4% à 1.376 milliards au 30 juin 2021, soit 30% du Produit Intérieur Brut.

Soulignons que cette hausse est essentiellement portée par l’accroissement des crédits au secteur privé. D’où la nécessité pour « les banques et les systèmes financiers décentralisés (de créer) des produits et services nouveaux et adaptés pour accompagner les TPME ».

Aimé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *