Togo : 723 candidats composent pour l’entrée à l’INFA de Tové

Les candidats au concours d’entrée à l’Institut National de Formation Agricole de Tové (INFA de Tové) composent depuis ce 5 octobre 2021 sur toute l’étendue du territoire national dans les deux cycles de formation (le cycle de licence professionnelle agricole et le cycle de baccalauréat professionnel agricole). Pour s’assurer du bon démarrage dudit concours,  le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Prof Majesté Ihou Watéba et le ministre délégué chargé de l’Enseignement Technique et de l’Artisanat, M. Kokou Eké Hodin se sont rendus au centre d’écrit de Lomé.

Ils sont au total 723 candidats dont 178 filles qui concourent dans le respect des gestes barrières dans les différents centres d’écrit, à savoir le centre d’écrit de Lomé pour la Région Maritime, le centre d’écrit de l’INFA de Tové pour la Région des Plateaux, le centre d’écrit de Sokodé pour la Région centrale, le centre d’écrit de Kara pour la Région de la Kara et le centre d’écrit de Dapaong pour la Région des Savanes.

Durant deux jours, les candidats vont concourir dans quatre matières, notamment le français, la mathématique, les sciences physiques et les sciences de la vie et de la terre.

A cette occasion, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Professeur Majesté Ihou Wateba, a indiqué que le lancement de cette formation qui commence aujourd’hui, à travers ce concours qui va recruter les nouveaux élèves permet tout simplement de remplir les engagements de l’Etat dans sa politique de mettre sur le marché les acteurs compétents pour pouvoir relever le niveau de notre agriculture au Togo. Pour ces candidats, a-t-il poursuivi, c’est une opportunité dans ce sens qu’ils vont se former sur un métier prioritaire et pour eux-mêmes, c’est un gage d’emploi sûr.

« C’est un secteur qui emploie aujourd’hui beaucoup de gens et ce secteur est un secteur très important. Ce qui fait que pour ces candidats nous souhaitons que beaucoup réussisse et bien c’est un avenir assuré qu’ils sont en train de se bâtir », a-t-il laissé entendre.

 Le directeur général de l’INFA de Tové, Dr Kokouvi Soedji a fait savoir que le gouvernement sous le leadership du chef de l’Etat a doté  l’INFA de Tové d’un nouveau décret. Il s’agit du décret N.2019-102/PR du 24 juillet 2019 portant réorganisation de l’INFA de Tové. Cette réorganisation a doté l’INFA de Tové d’un certain nombre de réformes. Parmi ces réformes, nous avons l’instauration des cycles de formation. Il s’agit du cycle Licence professionnelle agricole et du cycle du baccalauréat professionnel agricole, a-t-il indiqué.

«  Au niveau du cycle de formation professionnel, nous avons des options. Il ne s’agit plus d’une formation à l’aveuglette. Les étudiants qui y rentrent doivent déjà prendre leurs options. Ce qui veut dire qu’en Licence Professionnelle, nous avons maintenant six options et ceci dans le cadre d’être en phase avec l’axe 2 du Plan National de Développement (PND) 2018-2022 et la feuille de route gouvernementale 2020-2025. Parmi ces options en licence professionnelle agricole, nous avons l’option agro-alimentaire, l’option machinisme agricole, l’option aménagement et ouvrage hydroagricole, l’option production  et santé animale tropicale et l’option foresterie et gestion de l’environnement. Au niveau du cycle de baccalauréat professionnel, nous avons à ce niveau trois options. Il s’agit d’option agropastorale, d’option foresterie et gestion durable des terres et l’option agroéquipement et des exploitations agricoles », a précisé Dr Kokouvi Soedji.

 Une des réformes encore, souligne Dr Soedji, c’est que l’étudiant entre à l’INFA de Tové avec idée de projet et cette idée de projet est suivie pendant une formation de trois ans afin que l’étudiant sorte nanti d’un plan d’affaires. Donc, actuellement il s’agit de la formation professionnelle où l’étudiant doit sortir avec métier à la main. A l’INFA de Tové, nous avons également les unités d’applications qui doivent accompagner ces étudiants dans cette réforme, transformer les unités d’applications pédagogiques en clubs d’étudiants, en unités de productions agricoles sous forme d’entreprises où c’est gérer et pour respecter les gestes barrières, c’est gérer par 10 à 15 étudiants, a-t-il ajouté.

« Parmi les réformes encore, le gouvernement a doté l’INFA de Tové de ce décret où il a été précisé des passerelles. Les apprenants sortis des IFAD, des autres centres de formation agricole, nantis de baccalauréat professionnel peuvent s’inscrire en Licence Professionnelle agricole et ceux sortis de Licence professionnelle agricole peuvent venir s’inscrire à l’Ecole Supérieure d’Agronomie, à l’ISMA, dans les universités de Lomé  et de Kara respectivement. Voilà dans l’accompagnement du PND et la feuille de route gouvernementale,  les dispositions qui ont été prises pour que les éléments à former soient des éléments sûrs pour accompagner », a laissé entendre le directeur général de l’INFA de Tové.

Aimé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *