Projet Ecovillages : Les outils de développement de dix nouveaux écovillages soumis à validation

Le ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières organise du 17 au 18 août 2021, à Lomé, un atelier de validation des outils de développement de dix nouveaux écovillages. L’objectif est d’analyser ces outils proposés par les techniciens suite à la mission d’identification de ces nouveaux  villages que sont Folivi Joe, Bolou, Vodoumé, Ketemé, Tsafé, Tabalo, Boussoulou, Gnangbadè, Sadjibou, Posa situés respectivement dans les préfectures des Lacs, Zio, Danyi, Akebou, Tchaoudjo, Tchamba, Kozah, Dankpen, Oti, Tône. Ce qui permettra d’améliorer les propositions  des techniciens et de sortir des orientations  pertinentes pour permettre une mise à échelle du projet au profit d’un plus grand nombre de villages du Togo.

Pour faire face aux défis environnementaux tout en améliorant les conditions de vie des communautés surtout en milieu rural, le gouvernement togolais, avec l’appui du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), a entrepris depuis 2014, une initiative pilote de développement local intégré à travers l’initiative « Ecovillage ».

Cette phase pilote a été testée dans les villages de Donomadé dans la préfecture de Yoto et d’Andokpomey dans la préfecture de l’Avé à travers la mise en œuvre du projet de promotion d’un développement durable et de résilience aux changements climatiques au cours du cycle programmatique 2014-2018.

Après quatre ans d’expérimentation de cette initiative multisectorielle, intégrée et solidaire, les deux villages  pilotes ont amorcé des changements transformationnels de développement local inclusif, induits grâce au développement de l’énergie solaire, à la maitrise de l’eau, à la promotion de l’agriculture et élevage respectueux de l’environnement et à la promotion des activités d’extension et de gestion durable des forêts.

Ainsi, pour une planification du processus d’un passage à l’échelle de ce concept novateur des Ecovillages au profit  d’un plus grand nombre de villages et pour le long terme, le PNUD a par ailleurs, appuyé le ministère dans l’élaboration d’un programme national des Ecovillages au Togo en 2017.

Ce programme vise à promouvoir un développement humain durable par la transformation de 500 villages en écovillages autour de 50 villages centres et contribuer à la lutte contre le changement climatique, à la préservation de l’environnement global et ainsi contribuer à l’effort mondial de réduction des gaz à effet de serre pour un développement inclusif solidaire et durable, sobre en carbone, et résilient aux effets adverses des risques climatiques.

Cependant, malgré les efforts, l’objectif des 500 écovillages à travers l’investissement dans au moins 50 villages centres est encore loin d’être atteint. C’est pour cette raison que dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de Travail  2021 du projet Ecovillage, le PNUD apporte de nouveau son appui au gouvernement pour l’identification de 10 nouvelles localités à transformer en écovillages.

C’est dans ce cadre que se tient l’atelier de validation des outils de développement de ces dix localités à transformer en écovillages.

En effet, les outils de développement proposés prévoient pour chacun des 10 nouveaux sites, la promotion des sources d’énergies propres et accessibles, la promotion des moyens d’existence durable pour l’amélioration  des revenus et le développement de 500 hectares de forêts villageoises et individuelles pour la préservation de l’environnement au plan local et global.

En ouvrant les travaux de cet atelier, le représentant du ministre de l’Environnement et des Ressources Forestières, M. koudadzé kodjo, a fait savoir que grâce au projet Ecovillage qui s’inscrit dans le cycle programmatique 2019-2023 du PNUD traduisant les plus hautes priorités nationales du plan stratégique 2025 de la feuille de route du gouvernement en lien avec le Plan National de Développement (PND), au moins 10000 personnes en milieu rural ont accès à une source d’eau potable et d’énergie non polluante pour la transformation de leurs produits agricoles, et plus de 500 jeunes et 350 femmes cheffes de ménages ont leurs revenus améliorés grâce aux activités génératrices  créées par le projet dans les sept écovillages actuels.

« Il est aussi important de noter que l’initiative Ecovillage a contribué ensemble avec d’autres projets du gouvernement appuyés par des partenaires, à la préservation de 33.270 hectares d’écosystèmes avec la participation des populations locales grâce aux motivations qui leurs sont apportées à travers les actions menées pour l’amélioration de leurs moyens d’existence : 61 hectares sont reboisés de 2017 à ce jour avec 109700 plants mis en terre qui vient contribuer à l’atteinte de l’ambition Présidentielle de planter un milliard d’arbre d’ici à 2030 », a-t-il ajouté.

M. Koudadzé Kodjo a, au nom du gouvernement, exprimé sa gratitude au Programme des Nations-Unies pour le Développement  (PNUD) qui accompagne le ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières dans la mise en œuvre de cette initiative d’Ecovillage.

ALI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *