Lutte contre les risques nucléaires et biologiques : Le Togo finalise son plan d’action national

Un atelier national de finalisation du plan  d’action national des risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques (NRBC) se tient du 3 au 5 août 2021, à Lomé. Organisée par le ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières avec l’appui financier de l’Union Européenne (UE), cette rencontre, troisième du genre, se situe dans le cadre du programme de renforcement des capacités sur la gestion de lutte contre les menaces  NRBC. Ce programme est une initiative des centres d’excellence de l’UE qui vise à finaliser le plan d’action national afin qu’il puisse être adopté par le gouvernement togolais.

Pendant trois jours, les participants auront à développer des politiques au niveau national et international pour prévenir et atténuer les risques aux matières nucléaires et autres ; à dégager les propriétés nationales en la matière, lesquelles devront être traduites en plan d’action nationale comprenant des mesures et échéanciers concrets de sa mise en œuvre.

Ils auront à apporter leur contribution à la mise en place des mesures concrètes pour prévenir tout accident de nature NRBC dans le pays en vue de protéger les personnes, les biens et l’environnement. Au cours de cet atelier, les experts auront à revoir les priorités et à les adapter aux évolutions actuelles pour parvenir à terme à la finalisation du plan d’action nationale  endossable pour tous les partenaires potentiels.

Le député Nadjo N’ladon, expert NRBC au Togo, a rappelé que dans le passé, le Togo a pris part à des ateliers sur la gestion des déchets biologiques et chimiques, la gestion des épidémies et sur la gestion des risques chimiques dans les installations classées. Il a fait savoir aussi que le Togo à réaliser avec les supports des centres de l’excellence, une analyse de ses besoins NRBC en 2015 et une analyse des risques en 2019.

Le représentant du centre régional NRBC de Rabat, M. Youcef Hemimou, a indiqué que l’UE reste engagée dans cette nouvelle programmation conjointe, aux côtés du Togo pour soutenir cette initiative. Pour lui, cet atelier est une étape pour l’avancée du Togo dans le cadre de cette lutte et aussi un pas pour l’amélioration du contexte sécuritaire de tous les citoyens togolais et de la sous-région

Le représentant du ministre de l’Environnement et des Ressources Forestières, le Col Dimizou koffi Aoufoh, a, à l’ouverture des travaux, exprimé sa reconnaissance à l’UE et ses collaborateurs. Il espère que cette collaboration puisse aider le Togo à lutter pour l’amélioration du cadre de vie et assurer la sécurité des installations et des populations. Selon lui, la finalisation de ce plan d’action constituera un socle de développement économique durable. Il a ajouté que la finalisation de ce plan permettra au Togo de prendre des mesures concrètes allant dans le sens de la maitrise de la gestion des risques et menaces.

Aimé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *