Togo/Campagne cotonnière 2021-2022 : La NSCT table sur 135. 000 tonnes

La campagne cotonnière 2021-2022 de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT) a été lancée ce mardi 15 juin 2021, à Lomé, avec l’objectif d’atteindre au moins la barre de 135 mille tonnes à la fin de l’exercice.

Faire davantage mieux que lors de l’exercice dernier. C’est le leitmotiv qui sous-tend la nouvelle campagne cotonnière. En effet, la précédente a été une déception voire un échec pour la simple raison qu’elle n’a accouché que de moins de 68.000 tonnes de coton, soit une baisse de 45%, retient Martin Drevon, le Directeur général adjoint de la NSCT en charge des opérations.

Si cette chute s’explique par la baisse considérable du prix du coton graine, une période de sécheresse, les inondations, etc.. les responsables de la NSCT ont décidé de prendre les taureaux par les cornes pour diagnostiquer le mal et afin de lui trouver des solutions idoines et durables.

C’est ainsi que du 18 mai au 10 juin, la société en concertation avec la fédération nationale des producteurs, a fait une tournée dans les différentes régions du Togo. Elle est destinée à motiver les cotonculteurs surtout que le nouvel actionnaire « s’est engagé à améliorer durablement la production pendant les cinq prochaines années et au-delà, améliorer les revenus du producteur et moderniser l’outil industriel », rassure Simfeitcheou Pré, le Président du Conseil d’administration de la NSCT.

Aussi, à cette cérémonie de lancement de la nouvelle campagne, les premiers responsables de la société ont informé l’opinion sur les objectifs de l’exercice 2021-2022, « son importance dans la performance, l’augmentation de la production et la mobilisation de l’opinion autour de la culture du coton », a ajouté M. Pré.

Dans cette perspective, le prix du kilogramme du coton graine passe de 225 FCFA à 254 de FCFA. Un prix revu à la hausse pour permettre aux cotonculteurs de vivre de leur travail.

Le groupe singapourien Olam est le nouvel actionnaire majoritaire (51%) de la NSCT depuis juin 2020. Une privation pour développer la marque « Coton made in Togo » qui passera par la modernisation de l’outil industriel, la production puis la transformation dans l’optique de bénéficier d’un différentiel de prix/qualité. Le nouveau propriétaire a notamment fait ses preuves en Côte d’Ivoire, au Tchad, entre autres.

ALI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *