Togo/Première session du Conseil national du crédit: Sani Yaya fait le point sur l’évolution économique dans le pays

Ce jeudi 15 avril, à Lomé, s’est tenue la première session au titre de l’année 2021 du Conseil National du Crédit (CNC) du Togo au cours de laquelle plusieurs sujets ont été abordés notamment le point sur l’évolution économique dans le pays.

La rencontre a porté sur la situation économique, monétaire et financière du Togo au 31 décembre 2020 ; la situation des établissements de crédit et des systèmes financiers décentralisés au 31 décembre 2020 ; l’évolution du financement de l’économie et la note sur la qualité des services financiers au Togo.

Dans son mot introductif, le ministre de l’Economie et des Finances, M. Sani Yaya a relevé que la pandémie de coronavirus a impacté négativement l’environnement économique.

« Face à cette situation, nous avions, en mai dernier, révisé le taux de progression de l’activité économique à 1,3% pour l’année 2020, contre une prévision initiale de 5,5%. En septembre 2020, au regard des incertitudes qui entouraient la gravité et la durée de la pandémie, nous avions encore révisé à la baisse à 0,7% le taux de croissance économique pour 2020 ».

Néanmoins, a-t-il enchaîné, « les données disponibles en mars 2021 indiquent que notre économie s’est montrée beaucoup plus résiliente face à la crise sanitaire, grâce, entre autres, aux mesures d’incitations fiscales et de soutien à la demande prises par le Gouvernement ».

En effet, elle affiche une croissance plus élevée des activités économiques que celle estimée en septembre 2020. Le taux de croissance économique révisé à la hausse à 1,8% est porté par le regain d’activités dans les secteurs secondaire et tertiaire.

Le secteur primaire affiche une faible performance en raison de la sécheresse et des inondations ayant pénalisé la production des produits vivriers. Le taux d’inflation est contenu à 1,8% et celui d’endettement ressorti à 59% du Produit Intérieur Brut en 2020.

« Selon les perspectives pour 2021, la progression de l’activité économique devrait s’accélérer de 4,8%, en liaison avec les mesures prises pour une maîtrise des effets de la pandémie et une relance de la croissance économique », estime Sani Yaya.

Pour faire face à la crise, il a été mis en place de nouveaux concours substantiels à l’économie, malgré les conséquences socio-économiques de la pandémie.

Le montant des nouveaux crédits accordés par les banques en 2020 s’élève à 590 milliards, après 662 milliards enregistrés un an plus tôt.
En ce qui concerne ceux octroyés par les institutions de microfinance aux agents économiques, ils ont atteint 180 milliards, contre 79 milliards en 2019.

ALI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *