Gestion des déchets dans le Grand-Lomé : Le ministre d’Etat Payadowa Boukpessi et les maires ont touché du doigt le fonctionnement du Centre d’Enfouissement Technique d’Aképé

Le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et du Développement des Territoires, M. Payadowa Boukpessi et les maires des 13 communes de Lomé ont effectué le 20 mars 2021, une visite au Centre d’Enfouissement Technique (CET) d’AKépé. Ceci pour mieux comprendre le mécanisme de traitement des déchets solides urbains sur ce site.

Opérationnel depuis janvier 2018, le centre d’enfouissement technique d’Aképé tout en répondant aux normes internationales en matière de protection de l’environnement et de santé publique est un véritable dispositif de traitement de déchets et d’assainissement dans le Grand-Lomé. Il accueille en moyenne, plus de 20.000 tonnes de déchets ménagers par mois et environ 250.000 tonnes par an.

Ainsi donc, le ministre d’Etat, les maires et les préfets du Golfe et d’Agoè-Nyivé ont pu voir le fonctionnement des différentes installations entre autres, la plateforme de contrôle des camions apporteurs des déchets et de pesage à l’aide des ponts-bascules, les alvéoles de stockage des déchets, la torchère et la station de traitement des lixiviats.

Le Ministre d’Etat prend connaissance ici du fonctionnement de la plateforme des camions apporteurs des déchets

A cette occasion, le ministre d’Etat Payadowa Boukpessi a rappelé que le chef de l’Etat a voulu de cette installation exceptionnelle dans la sous-région uniquement dans le but de contribuer à la bonne santé des populations du Grand-Lomé en rendant propre l’environnement. Pour rendre propre l’environnement, a poursuivi le ministre d’Etat, il faut que le ramassage et le traitement des ordures se fassent de façon convenable.

« Donc, c’était le but que le chef de l’Etat a visé en faisant que cette installation puisse voir le jour. Deux ans après, nous sommes venus voir où est ce qu’on en est. C’est exceptionnel. Les prévisions qui ont servi à dimensionner cette installation, ces prévisions sont respectées. Ça évolue techniquement. On avait dit que la première planche finirait dans cinq ans, nous sommes en train de voir dans les années à venir  ça va arriver effectivement à terme et il va falloir trouver une solution. Il faut féliciter les exploitants qui travaillent ensemble pour vraiment une bonne exploitation de cette installation. Il faut féliciter le district Autonome du Grand-Lomé qui s’occupe des aspects administratifs.  Nous sommes tous impressionnés par tout ce que nous avons vu parce que nous travaillons sur la gestion des ordures », s’est-il enthousiasmé avant d’indiquer que

« Dans  la gestion des ordures, il y a la pré-collecte, la collecte, le chargement, le transport et le traitement ici. Et les maires sont très impliqués dans la pré-collecte jusqu’aux dépotoirs intermédiaires et des dépotoirs intermédiaires il faut apporter les déchets ici pour le traitement. Donc, tout le monde est impliqué et je crois que nous sommes heureux de venir voir ce qui est fait parce que ça ne sert à rien de balayer et de faire des dépotoirs intermédiaires si à la fin ce n’est pas bien géré. Nous sommes contents d’avoir vu et nous sommes mobilisés pour que ce site continu de fonctionnement comme il faut ».

Pour le maire de la Commune Golfe 2, Dr james Amaglo,  cette visite leur a permis de prendre encore conscience du défi de la salubrité dans leurs communes dans le Grand-Lomé.

« Nous avons compris, nous savons que nous avons des atouts pour relever ce défi, c’est le centre d’enfouissement d’Aképé. Quand on a vu on sait que l’insalubrité constitue un défi et il faut s’organiser pour le relever et donc on en était conscient, on en prend encore davantage conscient parce qu’on a vu les dispositions techniques qui sont là. Je crois qu’on va s’organiser pour être à la hauteur. Des défis pour la population il faut les éduquer pour tout ce qu’on a entendu sur la gestion des ordures ménagers il paraitrait que 35 % constitue le sable de la maison. Il faut qu’on les éduque à ce que les déchets qui sortent des ménages ne soient pas du sable, les déchets on peut les trier et les valoriser. Quand vous voyez ce qu’on a vu toute à l’heure sur le site, ça veut dire que si on ne s’organise pas pour gérer mieux les déchets, bientôt la moitié de notre pays ça sera des déchets. Et des déchets on les produit, on peut les valoriser et je crois c’est ce qu’il faut faire comprendre à nos populations pour que nous soyons à la hauteur et qu’on tire bénéfice de ces déchets en les gérant mieux », a-t-il laissé entendre.

ALI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *