Gestion sûre et sécurisée des stocks d’armes et munitions au Togo : La CNLPAL renforce les capacités du personnel en charge des stocks des forces de défense et de sécurité

La Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération, la circulation et le trafic des Armes Légères et de petits calibres (CNLPAL) organise du 9 au 11 mars 2021, à Lomé, un atelier de formation sur la gestion sûre et sécurisée des stocks d’armes et munitions au Togo. Cette rencontre vise à renforcer les capacités du personnel en charge des stocks au niveau des forces de défense et de sécurité.

En effet, les stocks d’armes et munitions mal gérés et non sécurisés peuvent faire l’objet de vols et alimenter des réseaux criminels ou conduire au détournement de celles-ci. Cette mal gestion du stock est aussi source d’auto-allumage du au vieillissement des munitions ou l’état vétuste des lieux de stockage.

Parmi les mesures préventives, figurent en bonne place le renforcement de capacités du personnel en charge des stocks. C’est dans cette optique que la CNLPAL a initié cette formation à l’intention du personnel en charge des stocks au niveau des forces de défense et de sécurité.

Durant trois jours de travaux, il s’agit d’inculquer aux agents les nouvelles techniques de gestion des stocks d’armes et de munitions ; d’augmenter leur degré de responsabilité en matière de gestion sure et sécurisée des stocks ; d’impliquer les agents dans le processus de prévention des risques liés à la gestion des stocks d’armes et munitions (détournement d’armes et de munitions, auto-allumage des lieux de stockage, etc.)  et  d’améliorer la chaine de coordination des services de gestion des armes et munitions.

« Votre engagement en faveur de la mise en œuvre des nouvelles techniques qui seront portées à votre connaissance au cours de cet atelier prévu sur trois jours, permettra d’assurer vos responsabilités en matière de la gestion des stocks d’armes et de munitions, puis de prévenir des risques liés à cette gestion et enfin, de bien maitriser la chaine de coordination des services de gestion d’armes et munitions », s’est adressé le préfet d’Agoè-Nyivé aux participants.

Il  a souligné que cet atelier de formation vient à point nommer et est indéniable compte tenu de la dégradation de la situation sécuritaire dans la sous-région due aux mouvements terroristes.

« En effet, le gouvernement togolais soucieux de la sécurité de la population sur l’étendue du territoire national a mis en place par décret n. 2001-098/PR du 19 mars 2001, la Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération, la circulation et le trafic des Armes Légères et de petits calibres, afin de contrôler l’usage des armes à feu. Elle a fait ses preuves et les résultats sont plus que salutaires (….). Par ailleurs, 2300 armes ont été saisies et plus de 10.000 munitions ont été détruits », a-t-il indiqué.

Photo de famille à la cérémonie d’ouverture

A cet effet, il a félicité les efforts de ladite commission pour tout ce qu’elle fait et continue de faire pour la sécurisation des armes et des munitions.

Le vice-président de la CNLPAL, El-Hadj Inoussa Bouraima, a fait savoir que la maitrise de la gestion des stocks est un facteur important dans le contrôle des armes en général et celles des armes légères et de petit calibre en particulier.

Selon lui, les armes mieux gérées permettent d’éviter des vols, des détournements, l’auto-allumage des stocks du parfois au vieillissement des munitions et à l’état vétuste des lieux de stockage.

 Aussi, la faiblesse dans la gestion et la sécurisation des dépôts d’armes et munitions contribue-t-elle à alimenter des réseaux criminels, a-t-il ajouté.

« C’est pourquoi, il s’avère important de regarder de très près cet aspect sécuritaire par la mise à disposition des mesures barrières de divers ordre en vue d’une sécurisation optimale pouvant décourager les réseaux criminels qui tenteraient de s’emparer des dépôts légaux dans leur désir funeste de commission d’actes criminels », a-t-il lancé.

Il faut souligner que la cérémonie d’ouverture de cet atelier dont la tenue a été possible grâce au soutien financier du Fonds Spécial d’Affectation Volontaire (VTF), un organe d’appui à la mise en œuvre et à l’universalisation du Traité sur le Commerce des Armes (TCA), institué par les Etats parties, s’est déroulée en présence du représentant de la ministre des Armées, le Col Tassounti Djato.

ALI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *